lundi 29 mai 2017

Annonce – parution du CD « Arien für Nancy Storace »



Arien für Nancy Storace

Marie-Sophie Pollak et Katharina Ruckgaber, sopranos
Accademia di Monaco
Joachim Tschiedel, direction musicale

Accademia di Monaco

Accademia di Monaco
 
Airs de Salieri, Sarti, Paisiello, Mozart, Martin y Soler, Stephen Storace.

Premier enregistrement de l’air « Che delirio… Ah come » tiré de Gli Equivoci de Stephen Storace.
Premier enregistrement de l’air « Ahimè… No potro » tiré de Fra i due litiganti de Giuseppe Sarti.

CD Coviello.
Disponible le 2 juin 2017.

On peut en écouter des extraits ICI

vendredi 26 mai 2017

Annonce - concert Nancy Storace Chawton, Angleterre, 14 juillet 2017)


photographie (c) DR

 (Alexandra Lowe dans Cosi fan Tutte, en 2016)


Concert for Nancy Storace (1765-1817)

14 juillet 2017 
Eglise de Chawton (Hampshire)

Alexandra Lowe - soprano
David Owen Norris - piano


Création anglaise probable de la cantate Per la ricuperata salute di Ofelia, écrite par Mozart, Salieri et Cornetti pour la cantatrice.


samedi 20 mai 2017

1805 : Trafalgar, John Braham et l’anneau de Lord Nelson



La nouvelle de la victoire de Trafalgar du 21 octobre 1805 atteignit Londres le 6 novembre 1805. C’est un traumatisme national, au milieu des réjouissances marquant la fin de la terreur d’une invasion française…

Les théâtres londoniens ne perdent pas de temps à célébrer la mémoire de l’amiral Lord Horatio Nelson, tué d’une balle par un marin français… Nancy Storace et son compagnon, le ténor John Braham, participeront aux hommages musicaux faits en mémoire du héros.




Un des anneaux de deuil réalisés
 en mémoire d’Horatio Nelson
Photographie (DR)


A la mort de l’amiral Horatio Nelson durant la bataille de Trafalgar, environ une cinquantaine d’anneaux de deuils furent réalisés, afin de les donner en souvenir du défunt à la famille et aux amis du héros, comme en témoigne une liste établie qui indique parmi les récipiendaires des amis, des membres de la famille et des officiers de marine. Ces anneaux étaient portés pour témoigner de leur deuil.

Certains de ces anneaux étaient creux et contenaient une mèche de cheveux du défunt.

Le chaton de la bague était d’émail noir, décoré d’émail rouge et blanc, avec les lettres N et B, sous deux couronnes et « TRAFALGAR ». L’anneau était inscrit avec « PALMAM QUI MERUIT FERAT » que « celui qui la mérite arbore la palme », la devise de Nelson. A l’intérieur du chaton de la bague est inscrit « Lost to his country 21 Octobre 1805 Aged 47 » (Perdu pour son pays le 21 octobre 1805 à l’âge de 47 ans).

John Braham qui avait été le professeur de musique de Fanny Nelson (l’épouse de l’amiral) et qui était également l’ami d’Emma Hamilton, la scandaleuses maîtresse d’Horation Nelson, en reçut un.

Il le conserva toute sa vie, comme en témoigne l’installation suivante :
Pour lire la suite, cliquez en dessous